Le tram à Brest : mon bilan

Dans la catégorie Autre
Tagué comme , ,

Un petit article pour vous parler du tram à Brest et de mon expérience avec ce dernier. Cela fait un petit moment que je voulais faire un tel article mais j’avais trop la flemme (oui, comme d’habitude).

Présentation du tram à Brest

Le tram a été mis en circulation le 23 juin 2012 après quelques mois de test et trois ans de travaux. Les travaux ont créé beaucoup de problèmes de circulation en ville ainsi que de gros problèmes de fiabilité sur le réseaux de bus (bus avec un retard énorme ou ne passant pas, bouchons rallongeant les trajets, etc) cependant avec la fin des travaux les problèmes de circulation se sont en grande partie résorbé ainsi que les problèmes du réseau de bus qui y était lié. Il s’agit d’un tramway sur rail dont le trajet parcoure la ville et s’arrête aux limites géographiques de Brest pour un total de 14.3 km soit 28 stations. En journée il y a un tram à peu près toutes les six ou sept minutes.

tramway

Les plus

Je prends le tram presque tous les jours pour aller en cour, ce dernier a fait passer mon temps de trajet d’une heure et demie (très long) à un peu moins d’une heure (moins long), autant dire que le gain de temps est appréciable. Je prends le tram en bas de chez moi, je vais jusqu’à son terminus et je finis le trajet en bus puisque le tram ne va pas jusqu’au technopôle et que mon école (l’ENIB) y est situé.
Le tramway est clairement plus confortable que le bus : moins de vibrations, des accélérations/décélérations plus fluides, un chauffage plutôt agréable, bref un confort appréciable, surtout pour faire une petite sieste durant le trajet (à peu près 35 minutes de tram). Le tram ne souffre théoriquement pas des bouchons (vous comprendrez le « théoriquement » dans la catégorie « moins »), les annonces audio des stations à venir, bien qu’ayant un volume un peu trop élevé lorsque le tram est vide, permettent aux personnes ne pouvant pas lire les indications des écrans de se situer (ou de réveiller ceux qui dorment lorsqu’ils arrivent à leur station). Les écrans accrochés au plafond du tram donnent des informations sur les stations à venir, les correspondances, les temps de trajet. La carte KorriGo (carte à puce RFID) qui remplace les cartes de bus classiques permettent de pourvoir recharger ses abonnements ou titres de transport de chez sois, même si l’obligation de la présenter au lecteur à chaque montée dans un véhicule du réseau peut être contesté d’un point de vue traçage des usagers. De plus le tram est électrique donc moins polluant que les bus, par contre il n’est pas plus silencieux de l’extérieur, le rail n’est pas silencieux contrairement à ce que l’on nous répétait avant la mise en circulation du tramway. Concernant les incidents, Bibus (l’entreprise gérant le réseau) est capable de très bien gérer ça : deux fois le tram a dû être immobilisé à cause d’une intervention de pompier à proximité de la voie en centre-ville, le tram étant bloqué pour près  d’une heure nous avons eu des annonces pour nous expliquer ce qui se passait et nous informer sur les bus qui passaient à proximité de notre position, la circulation était même ramenée sur certaines portions de la voie grâce aux aiguillages qui permettent au tram de faire demi tour et du personnel avait été envoyé aux stations non desservies pour informer les gens. Vous l’aurez compris, le tram apporte un certain nombre d’atout non négligeable, cependant il a aussi son lot de problèmes.

Les moins

On commence cette partie par une photo :

Tram

Il s’agit d’une vue du tram depuis les locaux de la mdl. Vous voyez sur cette photo un tram (à droite) essayant de pousser un second tram en panne (à gauche) dans la côte menant à la place de Strasbourg, Cette vue a été prise après un coup de foudre (coup de foudre au passage qui a fait sauter le disjoncteur de la mdl, disjoncteur situé dans une armoire électrique dans le bâtiment dont seul la mairie a les clefs, après tout on est trop stupide pour pouvoir ré-enclencher un disjoncteur…), je ne sais pas si les deux événements sont liés (le coup de foudre et la panne du tram), mais le résultat est là : un tram en panne qui doit être poussé par un autre tram. Je ne vais pas critiquer qu’il y ait des problèmes techniques, il ne peut pas ne pas y en avoir, mais quelque chose qui aurait pu être prévus, c’est le fait que le tram de droite n’ai pas suffisamment de puissance pour pousser celui en panne dans la montée… Le tram on finit par repartir dans l’autre sens et changer de voie à un aiguillage pour libérer le passage. Il s’agit là d’une erreur anecdotique qui fait rire, mais qui aménage l’un des principaux problème : la gestion des incidents. Je vous ai dit dans la partie « plus » que Bibus pouvait très bien gérer, mais il y a eu d’autres incident que ceux cité en partie « plus » (collision avec des voitures grillant des feux rouges par exemple) qui eux n’ont pas été bien géré du tout : le tram s’immobilise, pendant parfois plus de dix minutes, on n’a aucune information, le chauffeur et dans sa cabine et ne nous dit rien (a-t-il au moins des infos?), on ne sait pas s’il vaut mieux attendre que le tram reparte ou chercher un autre trajet via le réseau de bus, bref ça donne l’impression que l’on cherche à nous cacher qu’il y a eu un incident, le mieux étant que lorsque l’on appelle le central info de l’entreprise, ils ne savent pas mieux que nous ce qui se passe ou la durée de l’immobilisation du tramway…
Autre problème, il s’agit du choix de trajet : le tram passe sur le pont de recouvrance, il s’agit d’un pont levant qui relie les deux rives de Brest, il fait partie des principaux axes de circulation, or sur le pont le tram et les voitures roulent sur une même voie ce qui fait que lorsque la circulation est un peu dense à cause de bouchons, le tram se retrouve bloqué sur le pont entre les voitures. Second problème du pont : lorsque celui-ci doit être levé pour laisser passer un bateaux, levée qui dure une bonne heure, le tram ne peut plus passer, il faut donc soit passer avant/après la levée du pont, soit trouver un autre itinéraire.
Dernier problème : avec l’arrivée du tram, certain quartier sont délaissés par le nouveau réseaux de bus.

Conclusion

Le tram subit un certain nombre de problèmes, certains problèmes auraient pu être évité, mais il faut tout de même relativiser les problèmes : les incidents ne sont pas trop fréquents (du moins à l’heure ou je prend le tram), et la circulation au niveau du pont s’est amélioré par rapport au début du tram, même si certains blocages subsistent parfois. De plus il est logique qu’il y ait certains problèmes puisque peu de villes en France ont un tramway. Ce que je reproche le plus au tram est cette absence d’information lors des « petits » incidents et le fait que les chauffeurs soient enfermé dans leur cabines. Globalement le tram est très appréciable, il faut juste espérer que la ville de Brest et les autres villes tiennes compte des erreurs passées lors de la création des prochaines lignes.

Les commentaires sont fermé.